« Dans le ventre d’Eve, à la découverte du féminin en soi » de Sylvie Bérubé

« Il existe des cuirasses du corps, du cœur, de l’esprit et de l’âme des cuirasses physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles.
Se libérer de ses cuirasses signifie naître à son corps, naître à son cœur, naître à son âme ».
Les cuirasses physiques empêchent le corps d’être souple et en bonne santé.
Les cuirasses émotionnelles empêchent le cœur d’aimer et d’être aimé, d’être calme et paisible.
Les cuirasses mentales empêchent l’esprit de comprendre et d’être conscient.
Les cuirasses spirituelles empêchent l’âme de découvrir sa raison d’être et de se réaliser.
Les cuirasses dans le corps
Généralement la peur cuirasse le corps alors que l’amour le détend.
La peur engendre des hormones de stress comme l’adrénaline, et l’amour crée des hormones de bien-être comme les endorphines.
Les émotions refoulées et retenues créent des cuirasses physiques dans certaines régions du corps :
La peur se loge principalement dans les cuirasses
pelvienne et abdominale (reins, intestins, bassin, jambes)
de protection (le diaphragme)
oculaire (les yeux).
La peine se retrouve principalement dans les cuirasses :
thoracique (la poitrine et les poumons)
oculaire (les yeux).
La rage se retrouve principalement dans les cuirasses :
orale (les mâchoires)
de protection (le foie)
pelvienne (le bassin et les pieds).
Les cuirasses du corps s’installent lorsqu’il y a danger et, à la longue, elles subissent le processus d’induration : elles deviennent dures et l’on se retrouve emprisonné sous ces armures, étouffant la Vie, étouffant qui on est, étouffant la féminité en nous.
Alors le corps crie !
D’où l’importance d’être à l’écoute de son corps.
« Ecoute ton corps ! » vous avez déjà entendu cette expression…
Extrait tiré du livre de Sylvie Bérubé – Praticienne et formatrice
« Dans le ventre d’Eve, à la découverte du féminin en soi »
dédicacé par Marie-Lise Labonté